Le Collège d'Enseignement Général "Attakè" à Savalou
deuxième visite

J'avais promis à Dominique de revenir à Savalou, dans son collège, afin de proposer un travail d'analyse de pratique à son équipe d'enseignants. Le contact est pris le lundi 13 février et nous arrivons avec mes amis Richard et Martine dès le lendemain.



Le bâtiment administratif : salle des professeurs et bureau du directeur.

Je retrouve avec plaisir le CEG Attakè où j'avais assisté aux premiers jours de la rentrée d'octobre 2005. Le CEG se trouve à près de deux kilomètre de Savalou, au pied des collines.

Dominique nous invite à faire le tour des classes pour saluer les enseignants et leurs élèves. Je constate qu'un petit changement a modifié l'organisation des classes. Un apatam a été abandonné afin d'installer au mieux le maximum de personnes parmi les 422 élèves que compte le collège. Les élèves des deux classes de troisième ont ainsi été regroupés dans une salle et se retrouvent à 104. La seconde salle accueille les 102 élèves de cinquième. Les deux dernières salles abritent chacune 75 élèves de sixième. Les 66 élèves de quatrième sont restés sous un apatam.

Un autre changement important a eu lieu pendant les trois derniers mois : le bâtiment dont me parlait Dominique est maintenant sorti de terre. Les travaux ont bien avancé mais ont dû s'arrêter faute de moyens financiers pour continuer.

Les moyens dont disposait Dominique ont été épuisés. Le chantier a déjà absorbé 2 500 000 francs CFA (3800 euros). Il faut donc attendre de nouvelles entrées d'argent pour relancer le chantier.

Nous rencontrons l'équipe enseignante et proposons de filmer une séance de cours qui sera analysée avec toute l'équipe, ce soir.

La professeur de français se propose pour une séance de lecture avec la classe de sixième à 15h00.

Nous la retrouvons à l'heure convenue. Nous présentons notre projet aux élèves et je filme la séance. Martine, qui est professeur de mathématiques en France, est particulièrement impressionnée par l'effectif…

A 17h00, c'est la sortie des cours. Nous remarquons la discipline particulière dont font preuve les élèves : ils sortent des classes seuls et en rang, dans un calme parfait.

De nombreux élèves ont un vélo car leur domicile est éloigné du CEG.

L'un d'entre eux note vite des devoirs sur le cahier d'un camarade. Son vélo est garé sous l'ancien apatam de la classe de cinquième.

Le soir, nous retrouvons les enseignants chez l'une d'entre eux, la seule femme enseignante du collège. Réunis devant son poste de télévision nous commençons notre séance d'analyse de pratique. Les temps de formation sont rares pour cette équipe exclusivement constituée d'enseignants vacataires ou contractuels locaux. Les vacataires sont recrutés par Dominique. Ils effectuent quelques heures dans le CEG et sont payés par l'établissement (souscription de 4000 francs CFA payée par les élèves et complétée par une subvention de l'Etat). Les contractuels locaux doivent effectuer 18 heures de cours et 2 heures de concertation par semaine. Cela représente donc environ 80 heures de travail par mois pour un salaire mensuel d'environ 48 000 francs CFA (73 euros). Ces derniers aussi sont payés par l'établissement. Dominique, le directeur, est le seul agent permanent de l'Etat.

Les frais de scolarité des élèves s'élèvent à 15 200 francs CFA pour l'année. 8200 de contribution (fixé au niveau national) + 3000 francs de souscription affectés aux travaux et 4000 francs de souscription affectés aux salaires des professeurs. L' Etat doit verser une subvention d'environ 4 000 000 de francs CFA (environ 6000 euros) pour le salaire des professeurs. Hélas, elle n'a pas encore été versée à ce jour (le 14 février 2006) pour l'année scolaire 2005-2006.

Bon courage à toute l'équipe et peut-être à bientôt pour une nouvelle séance d'analyse de pratiques.

 

Michel BOURBAO - Porto-Novo le 28 février 2006
Photographies personnelles ou prises par Richard et Martine

Lire la page consacrée à la première visite du CEG Attakè

accueil - plan du site - projet Galinette - recherche en sciences de l'éducation

 

Vous Ítes le   ème visiteur depuis le 20 mars 200