Photographies de la manufacture des allumettes

 

 

La manufacture des allumettes à Aix-en-Provence est longtemps restée vide et désafectée avant d'être transformée en une magnifique médiathèque. Lorsque j'avais dix-sept ou dix-huit ans, j'adorais aller m'y promener avec mon appareil photo pour m'imprégner de l'ambiance étrange qui y régnait alors. J'y suis retourné régulièrement pour voler quelques images.

 

Lorsqu'on aime faire des photographies, peut-on rester insensible à ce texte de Tabucchi ?

" Il y a quelques années, j'ai publié un livre de photos ", dit Christine. " C'était une pellicule entière, dans son déroulement, le livre a été très bien imprimé, exactement comme je le voulais, les bords de la pellicule étaient reproduits, il n'y avait pas de légendes, rien que des photos. Ça commençait par une photo que je considère comme la plus réussie de toute ma carrière, je vous l'enverrai si vous me laissez votre adresse, c'était un agrandissement, la photo reproduisait un jeune Noir, on ne voyait que le buste ; un maillot de corps avec un texte publicitaire, sur le visage une expression d'effort intense, les mains levées dans un geste victorieux : il est de toute évidence en train de franchir la ligne d'arrivée, le cent mètres par exemple. " Elle me regarda d'un air un peu mystérieux, attendant que je réagisse. " Et alors ? " dis-je, " où est le mystère ? " " La seconde photo ", dit-elle. " C'était la photo entière. A gauche, il y a un policier habillé comme un martien, avec un casque en plexiglas sur le visage, des bottes montantes, le fusil épaulé, des yeux féroces sous la visière féroce. Il est en train de tirer sur le Noir. Et le Noir s'échappe, les bras levés, mais il est déjà mort : une seconde après que j'avais appuyé sur le déclic, il était déjà mort. " Elle ne dit rien d'autre et continua à manger. " Dites-moi la suite ", dis-je, " maintenant il faut finir l'histoire. " " Mon livre s'appelait Afrique du Sud et il y avait une seule légende, sous la première photo que je vous ai décrite, l'agrandissement. C'était : Méfiez-vous des morceaux choisis. "

Antonio TABUCCHI Nocturne indien - Christian Bourgeois éditeur 1987.

 

Voici donc quelques morceaux choisis...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Photographies : Michel BOURBAO

 

accueil - plan du site - projet Galinette - recherche en sciences de l'éducation

 

Vous êtes le   ème visiteur depuis le 20 mars 200