Maroc (page 3)

de l'auberge Oasis-Mharch à Zagora

 

Après une soirée en famille autour d'un bon tajine, nous proposons du café italien dans notre petite cafetière expresso. Le petit camping gaz et la cafetière qui siffle amusent beaucoup. Nous dormons pour la première fois dans le Toyota. Mon installation est un peu complexe à mettre en place mais très confortable. Nuit magique sous un palmier avec un ciel tout illuminé par les étoiles.

Deux tournées de café expresso et une tournée de thé à la menthe pour le petit déjeuner. Mohamed qui dormait chez ses amis se réveille tard. On se moque gentiment de lui car hier c'est nous qui étions en retard.


On achète un magnifique fossile de trilobite à Saïd histoire de le remercier de son accueil. Il propose que je le photographie à son atelier portable de préparation des pierres.
Son marteau est un piston de moto enfilé sur un bâton, son burin est un clou et son étau en bois de palmier est assez remarquable…

Nous repartons pour une deuxième journée de piste. La première partie est magnifique : grands espaces et belle piste roulante. Vers midi on fait une pose repas loin d'un village. On se croit seuls quand surgit un jeune handicapé sur son fauteuil-tricycle. Il quitte la piste pour nous rejoindre et s'installe par terre, vide ses sacs et nous propose d'acheter des fossiles ou des babioles. On le remercie un peu éberlués mais on partage nos fruits et du café avec lui.

L'après midi sera plus difficile : la piste est très caillouteuse, très cassante et n'en finit plus. Nous arrivons fatigués à Zagora en début de soirée. Nous amenons notre guide Mohamed à la gare routière pour son retour par la route et buvons un dernier thé à la menthe au café d'à côté.

Zagora se trouve dans la vallée du Draa, bien plus touristique que la vallée d'où nous venons. Les échoppes à souvenirs et les rabatteurs sont très nombreux. Nous allons nous promener dans la palmeraie de bon matin. Les jardinets sont secs mais l'ambiance particulière et assez verdoyante.

Aujourd'hui c'est jour de souk. Tout le monde converge vers le centre ville, on suit le flot et faisons un petit tour au souk nous aussi.

Nous ne nous plaisons pas trop à Zagora et décidons de partir assez vite. Pendant que nous faisons le plein de gas-oil, un jeune nous propose de regonfler un pneu légèrement dégonflé et détecte un petit trou dans ce pneu en l'arrosant d'eau. Je suis épaté par sa perspicacité car j'avais déjà remarqué qu'il se dégonflait très légèrement depuis six mois sans avoir pu détecter le petit trou. Du coup nous acceptons de le suivre sur sa mobylette jusqu'à un garage étonnant où il nous répare la crevaison rapidement pour un prix honnête. La réparation tient toujours depuis…

 

Michel BOURBAO - 2004

page 2 - SUITE du CARNET de VOYAGE - page 4

accueil - plan du site - projet Galinette - recherche en sciences de l'éducation

 

Vous Ítes le   ème visiteur depuis le 20 mars 200