Arrivée au Bénin

 

Voici le Bénin tant espéré ! Le passage à la douane se fait avec une facilité déconcertante. Est-ce que les forces de l'ordre sont particulièrement bienveillantes ici ou notre enthousiasme nous fait voir les choses autrement ? Un peu des deux sûrement. La route est en excellent état, Galinette apprécie…

20 kilomètres après la frontière, nous arrivons à Grand-Popo.

Epuisés mais heureux d'avoir réussi notre périple, nous nous payons notre hôtel préféré (nous y avions déjà séjourné il y a sept ans). Nous profitons de deux jours et deux nuits de calme. Le bruit de l'océan berce nos nuits pendant que l'air vivifiant nettoie nos organismes fatigués.

Nous rencontrons Anna et Cédric, un couple de jeunes qui est passé par le désert algérien et le Niger pour arriver au Bénin. C'est le parcours que nous projetons de faire au retour. Nous échangeons nos récits de voyageurs, nos galères et nos bonheurs. Ils se sont installés à Porto Novo, eux aussi pour un an. Nous nous reverrons certainement et j'en suis ravi.

Après la pause de Grand-Popo, nous partons à Cotonou pour retrouver Magou et Emma, de vieux amis béninois depuis plus de 10 ans.

Magou a fait le tour de ses connaissances pour me trouver une maison au calme à Porto-Novo. Je ne voulais pas rester dans la bruyante et polluée Cotonou. Son amie Edwige a une maison de famille dans le quartier Ouinlinda. C'est un quartier administratif et résidentiel, calme et verdoyant. La maison se trouve à deux pas du MEPS (Ministère des Enseignements Primaire et Secondaire) et de nombreuses autres administrations liées à l'éducation.

La vie dans ce lieu devrait être tout à fait supportable même si c'est, pour l'instant, le paradis des moustiques ! La fin du mois d'août et le mois de septembre me permettront de m'installer au mieux : pose de moustiquaires sur toutes les ouvertures (et il y en a…) négociations avec les menuisiers du quartier pour réaliser quelques meubles indispensables. Achat du nécessaire minimal pour la cuisine. Le réchaud mobile de Galinette me suivra en voyage et à la maison.

Une terrasse bien agréable va devenir mon lieu de vie principal : salle à manger, bureau permanent, salon de réception. Elle donne sur le jardin qui est planté de manguiers, d'un citronnier, de papayers, de bananiers, d'un avocatier et d'autres plantes encore inconnues. C'est un endroit idéal pour recevoir les copains qui doivent venir et pour travailler au calme.

Une nouvelle aventure d'un an va démarrer pour moi mais nous ne voulons pas que le mois d'août se termine. Corinne doit repartir en France le 31 et nous appréhendons tous les deux cette longue séparation.

Bilan du voyage : près de 10 000 kilomètres ont été parcourus en six semaines. Aucun incident important à déplorer. Aucun accident : nous n'avons pas renversé d'âne, ni de chameau, ni de vache, ni de poulet, ni de chèvre, ni de vache, ni de mouton, etc. Je soupçonne Corinne d'avoir écrasé une ou deux grenouilles, une nuit en Mauritanie, mais il y en avait vraiment beaucoup, leurs trajectoires étaient imprévisibles et je n'en suis même pas complètement certain…

Galinette s'est comportée à merveille durant ce voyage pourtant nous ne l'avons pas ménagée. Merci Aldo pour tes conseils et ton aide au niveau de la préparation ! Merci aussi à Eric. Ta tente a laissé plus d'un voyageur admiratif et envieux ; elle a étonné plus d'un autochtone (même l'éléphant et le babouin de Mole Park). Nous y avons passé des nuits excellentes et réparatrices.

Michel BOURBAO - septembre 2005

 

Lire des informations pratiques pour venir au Bénin

 

accueil - plan du site - projet Galinette - recherche en sciences de l'éducation

 

Vous Ítes le   ème visiteur depuis le 20 mars 200