Burkina Faso

 

 

Nous arrivons au Burkina après exactement 3 semaines de voyage. Le passage de la frontière à Faramana se fait sans difficulté. Les douaniers sont intègres et nous délivrent un visa provisoire de 7 jours contre 10 000 FCFA ainsi qu'un laissez-passer pour le véhicule contre 5000 FCFA. Le tout contre factures en bonne et due forme. Le visa peut être prolongé ensuite à l'immigration de Bobo-Dioulasso ou Ouagadougou pour trois mois et plusieurs entrées. L'opération est gratuite.

Sur la route de Bobo-Dioulasso, les paysages sont verdoyants car nous sommes en pleine saison des pluies. Des gens circulent de partout. Les villages sont plus petits qu'au Mali et l'habitat se modifie.

Au Burkina, il y a des postes de péage aux portes des grandes villes et chaque véhicule doit contribuer à l'entretien des routes car il y en a bien besoin…

 

 

Nous avons décidé d'aller voir les hippopotames à Banfora. Nous nous retrouvons dans un endroit magnifique, près d'un lac au milieu de nulle part. Le soir, lors d'une balade, j'accepte un semblant de défi et me lance pour un petit tour de charrue ! Un toubab dans les champs, ça plait beaucoup aux agriculteurs du coin qui viennent nombreux voir mon travail maladroit et me prodiguent conseils, encouragements et même félicitations alors que mes sillons zigzaguent en tous sens… Les bœufs sont jeunes et n'ont pas encore l'expérience des labours. Ils sont guidés par un homme qui les stimule. Un gamin l'aide car lui doit apprendre à guider les bœufs. Le laboureur guide le soc afin de lui faire tracer de belles lignes droites : lorsqu'il part à droite, il doit incliner la charrue à gauche et inversement. Dans chaque virage les bœufs doivent se repositionner et le laboureur déplace la charrue pour tracer un nouveau sillon. Mon apprentissage me fait penser aux lignes d'écriture que font les jeunes élèves à l'école en tirant la langue sur leurs cahiers.

 

Nous passons la nuit dans une case et le lendemain nous nous levons à l'aube pour une balade en pinasse sur le lac. Moment d'éternité : nous assistons au lever du jour sur le lac et les hippopotames sont au rendez-vous.

 

Nous quittons Bobo-Dioulasso pour le Ghana. Une route directe passe par Pâ (route de Ouagadougou, à environ 140 km). L'état de la route devient excellent de Pâ jusqu'à Hamele car elle a été construite en 2004. Elle s'arrête au poste de douane burkinabé. Là commence une piste. Le poste de police est à 7 km, juste avant la porte d'entrée des douanes du Ghana.

Lire la suite du voyage : passage au Ghana

 

Vous pouvez aussi visiter, à propos du Burkina, le site de Gwen et Marc Thiébaut : http://www.bourlingueurs.com/burkina-faso/index.htm

Consulat Honoraire à Marseille
Adresse : 473, rue Paradis - 13008 Marseille
Tél : 04.91.71.90.06 Fax : 04.42.50.22.23

Michel BOURBAO - 2005

Lire la suite du voyage : passage au Ghana

accueil - plan du site - projet Galinette - recherche en sciences de l'éducation

 

Vous êtes le   ème visiteur depuis le 20 mars 200